Histoire de planches

Faux bois sur bois / 1981
8 châssis 80 x 80 cm
la barre centrale verticale préalablement
recouverte de gesso, reçois ensuite un motif de faux bois
Faux bois sur bois

Depuis deux ans, Roland Orépük travaille sur les châssis : châssis dessinés, peints, démontés, remontés, etc. Contrairement à la tradition picturale française (citons très vite Buraglio, Kermarec), ce travail n’a aucun rapport avec une analyse matérialiste des éléments de la peinture. Il s’agit de planches d’observations, de planches de discours sur…
Autre génération : ce qui l’intéresse n’est pas tant le dogme que la perversion du monolyte par l’éclatement des discours, des voies simultanées, tissées, en un mot le discours du FAUX. Résumons : une planche de faux pour obtenir le vrai
"ceci n’est pas un peintre !" - FIN

Christine Breton
Conservateur adjoint, musée de Grenoble - 1981


Créé avec Mozello - la façon la plus simple de créer un site Web.

 .